Aération des locaux


Pourquoi ventiler régulièrement les locaux pour lutter contre la Covid-19 ?

Dans les bâtiments, une ventilation efficace des espaces fermés diminue le risque de contamination par la Covid-19. En effet, la ventilation permet de réduire le nombre de microgouttelettes en suspension dans l’air intérieur, émises par les occupants potentiellement contaminés et contagieux présents dans les locaux.

En savoir plus sur les avantages de la ventilation dans la prévention de la Covid-19 

Comment mesurer la qualité de l’air ?

Il est difficile de mesurer la présence du virus dans l’air. Afin de caractériser la qualité de l’air, il est plus facile de mesurer la présence du CO2 qui est émis par les occupants et peut indiquer une ventilation insuffisante des espaces intérieurs. Plus le taux de CO2 s’éloigne du taux extérieur (± 400 ppm), plus la qualité de l’air est dégradée.

Quelles sont les normes de CO2 appliquées dans l’enseignement supérieur ?

L’air extérieur contient environ 400 ppm de CO2, mais ce taux de référence peut être plus élevé lorsque la qualité de l’air externe est médiocre (environnement urbain, conditions météorologiques, etc.).

La norme idéale est une concentration en CO2 de l’air intérieur inférieure à 900 ppm. Tenant compte de la qualité de l’air extérieur qui influence le taux de CO2, le seuil acceptable pour la qualité de l’air se situera entre 900 ppm et 1200 ppm. Ces normes sont définies dans la Circulaire 8364 de la Fédération Wallonie-Bruxelles (29/11/2021).

Réseau de surveillance de la qualité de l’air

L’ULiège s’est dotée d’un réseau de surveillance de la qualité de l’air constitué d’une centaine de capteurs de CO2 répartis dans les différentes infrastructures de l’Institution. Les données enregistrées permettent de faire un état des lieux de la qualité de l’air et de prendre les mesures nécessaires à l’échelle de l’Université. Les données mesurées par le réseau de surveillance alimentent régulièrement le tableau de bord du SARS-COV-2 de l’ULiège.

En plus des capteurs CO2 intégrés au réseau de surveillance, l’ULiège s’est également équipée de capteurs supplémentaires informant les occupants des locaux sur le taux de CO2 en temps réel et les avertissant qu’une aération est nécessaire. Cette alarme peut être lumineuse et/ou sonore suivant le modèle de capteur.  

Recommandations pour la ventilation des locaux

- Locaux ventilés mécaniquement

Certains locaux sont équipés d’un système de ventilation mécanique par des groupes de pulsion et d’extraction. C’est souvent le cas pour les grands amphithéâtres et les laboratoires, ainsi que pour certaines salles de réunion et bureaux paysagers.

La ventilation mécanique fonctionne durant toute la journée, sans interruption, avec de l’air neuf. Pour les salles de cours et les amphithéâtres disposant d’un système de réservation sur CELCAT, les dispositifs de ventilation s’enclenchent lors des périodes de réservation et se prolongent quelque temps après le dernier cours. Ces dispositions permettent de renouveler l’air régulièrement et ne nécessitent pas d’intervention de la part des occupants.

- Locaux non ventilés mécaniquement

Tous les locaux non équipés d’une ventilation mécanique doivent être aérés par leurs occupants.

Par ordre d’efficacité, les mesures d’aération recommandées sont les suivantes :

  1. laisser les fenêtres entrouvertes pendant toute la durée d’occupation du local ;
  2. aérer quelques minutes à intervalles réguliers (toutes les 15 à 20 minutes par exemple) ;
  3. aérer une quinzaine de minutes toutes les heures.

Des capteurs portatifs sont disponibles au prêt, en particulier pour les bureaux paysagers, salles de réunion et réfectoires (voir ci-dessous).

Les capteurs de CO2 utilisés à l’ULiège

L’ULiège s’est équipée de plusieurs types de capteurs de CO2. Certains alimentent le réseau de surveillance et d’autres informent les occupants des locaux sur la qualité de l’air en temps réel leur permettant de prendre immédiatement les mesures nécessaires.

- Les capteurs intégrés au réseau de surveillance

Les capteurs de CO2 intégrés au réseau de surveillance sont répartis dans les différentes infrastructures de l’ULiège.

Certains de ces capteurs sont en plus dotés de voyants lumineux permettant aux occupants du local de prendre les mesures nécessaires et de vérifier l’efficacité de ces mesures en temps réel. Une fiche informative est disponible à proximité de ces capteurs.

Image2 

En savoir plus sur les capteurs avec voyants lumineux 

- Les capteurs avec alarme visuelle et sonore

Les capteurs avec alarme visuelle et sonore sont destinés à avertir les occupants en temps réel lorsque l’aération des locaux est nécessaire.

Les concentrations en CO2 mesurées par l’appareil ne peuvent être enregistrées et intégrées automatiquement au système de surveillance. Nous faisons donc appel aux utilisateurs des locaux pourvus de ces détecteurs pour renseigner les mesures en début et fin d’occupation des locaux via un formulaire en ligne (le formulaire peut également être téléchargé au format PDF pour faciliter les relevés).

Image1 

En savoir plus sur les détecteurs avec alarme visuelle et sonore 

- Les détecteurs portatifs

Le Service Universitaire de Protection et d'Hygiène du Travail (SUPHT) met à disposition des utilisateurs qui le souhaitent (pour les bureaux partagés, salles de communes, etc.) un détecteur de CO2 portatif.

Un détecteur peut être prêté via le MAGASIN DU SUPHT, bâtiment B12a, Clos Mercator, 12 au Sart-Tilman les mardis et jeudis matins entre 9h et 12h.

20220119 180412 (002) 

En savoir plus sur les détecteurs portatifs et leur prêt

Contact
Service Universitaire de Protection et d'Hygiène du Travail (SUPHT)

+32 (0) 4 366 22 47

supht@uliege.be

modifié le 20/01/2022

Partagez cette page